Défis

email Facebook Twitter
Màj : 21 juil. 2019
defis.jpeg

Pour être cohérent avec le premier des deux points de son programme (la democratie directe) Konfederacio doit impérativement trouver une solution à la problématique suivante :

Comment un parti dont le programme est fondé sur la démocratie directe peut-il participer au système représentatif (élections, action parlementaire, participation au gouvernement) sans que cela conduise à des antagonismes, qui soit rendent cette participation impossible, soit conduisent le parti à des pratiques contraires à son programme ?

Le système électoral de la démocratie représentative est fondé sur des partis et des parlementaires (pouvoir législatif). Ce sont les candidats (personnes physiques) qui sont élus, et non leur parti (personne morale). Mais sans la puissance médiatique et financière d'un parti il est très difficile d'être élu en tant que candidat indépendant. Les élus politiques sont donc généralement soumis au contrôle d'un parti, organisé de façon pyramidale avec à sa tête un président élu par des membres du parti selon une procédure interne. Enfin dans la plupart des pays les ministres (pouvoir exécutif) sont choisis par le chef du gouvernement, et celui-ci par la direction du parti victorieux (ou des partis d'une coalition).

Étude de cas : la trahison de Mitterand.

Un défi majeur pour Konfederacio, surtout en cas d'élection de candidats, est donc de s'organiser de telle sorte qu'il ne puisse progressivement régresser en parti traditionnel, et dont la démocratie directe ne serait plus qu'un objectif lointain.

Il s'agit notamment de neutraliser tout risque de prise de contrôle du parti par des "leaders". Ainsi la première chose que les médias vont tenter c'est de désigner des "portes-paroles" à qui ils proposeront d'être interviewés et de participer à des débats. Cette popularité conférerait à ces "leaders" un avantage lors des prochaines élections, et les rendrait dépendants des médias pour entretenir leur visibilité médiatique.

Cependant – et dès lors que Konfederacio n'est que le volet politique d'une stratégie comportement également un volet complémentaire de nature plutôt "révolutionnaire" – l'absence éventuelle de résultats électoraux substantiels ne serait pas rédhibitoire, dès lors que Konfederacio permettrait également de :

  • stimuler la médiatisation de son programme ;

    N.B. Avec cependant le risque que les résultats électoraux – qui sont surdéterminés par les sponsors, voire dans certains pays trafiqués – ne donnent de la popularité de ce programme une image très éloignée de la réalité. Mais si tout le monde en est conscient alors pourquoi pas ?

  • en cas d'obtention d'élus, de collecter via ceux-ci des informations à l'intérieur même du système de gouvernance en place (ces informations pouvant être très utiles dans le cadre du volet révolutionnaire).